La prochaine Conférence de l’APHID aura lieu le lundi 11 décembre, à 17h30, Le Philadelphie, 33 avenue de Vizille, 38000 Grenoble (4° étage). "Une éphémère cimenterie à Jarrie, une sacherie résistante à Vizille" par Robert Aillaud. Participation aux frais : 3 € pour les non–adhérents. Gratuite pour les étudiants et adhérents APHID

L’éphémère cimenterie de Jarrie
Bien qu’il y ait eu un temps des recherches pour trouver du calcaire cimentier à Jarrie, il n’y a jamais eu de carrières ni exploitation de ce calcaire dans la commune. Cependant durant une quarantaine d’années, une cimenterie a fonctionné à Jarrie. Son installation est en fait une histoire de géographie associée au croisement de deux races de chevaux forts en vogue à l’époque. Les chevaux « hydrauliques » amenés par le canal d’arrosage de la Romanche…et les chevaux « vapeur » apportés par la voie de chemin de fer de Grenoble à Marseille. La conjonction de ces deux types de chevaux était propice à l’implantation d’une usine de ciment mais ne suffisait pas au maintien de son activité quand elle dut affronter la concurrence de sites dotés de ressources naturelles.
La sacherie Vicat de Vizille
Pour cette moderne usine, nous ne sommes plus dans l’histoire mais dans l’actualité. C’est depuis le XVIe siècle que la papeterie Peyron fonctionne à Vizille et c’est au cours du XXe siècle que les industries du ciment et du papier entrent dans la même famille : André Merceron-Vicat épouse Henriette Peyron. Plus tard, en 1983, la papeterie de Vizille entre dans le groupe Vicat. Rapidement le cimentier qui oeuvre à la diversification et à l’intégration de son industrie lance la construction d’une grande sacherie. C’est tout naturellement à Vizille que cette usine papetière va se développer.